Insuline

A – Garder un bon équilibre alimentaire

Tags:
shutterstock_61017982 a

A/ LA GLYCÉMIE ET LES PROPORTIONS DE GPL (Glucides, Protides et Lipides)

De l’équilibre alimentaire dépend le bon fonctionnement de l’organisme : si on se maintient dans le JUste Milieu on reste forcément en Bonne Santé.

On évite toutes les maladies internes et on est moins touché par les événements extérieurs (maladies infectieuses, accidents, problèmes psychiques) car notre organisme renforce ses capacités de défenses (défenses immunitaires notamment).

Cet équilibre alimentaire dépend surtout des apports, de ce que nous donnons à manger à notre corps ; cela peut-être comparé au carburant nécessaire pour faire fonctionner correctement une automobile : il faut la quantité et la qualité.

shutterstock_154248752 a

Pour aller loin il faut un réservoir bien plein et mettre le carburant approprié : essence, diesel ou GPL !

Les GPL : pour notre corps il faut une quantité suffisante de GPL (Glucides, Protides, Lipides) en bonne proportion.
Toute plaisanterie mise à part, les GPL nous apportent l’énergie nécessaire pour que notre corps fonctionne, maintienne une température constante et permette au cerveau de fonctionner au mieux de ses capacités.

Le cerveau se nourrit de glucose et consomme 70 à 80 % du glucose utilisé par l’organisme ; s’il en manque des troubles de la conscience ne tardent pas à apparaître et la vie peut être mise en péril.

NOUS DEVONS DONC MAINTENIR UN NIVEAU SUFFISANT DE GLUCOSE DANS NOTRE SANG.

Pour cela le mieux est que la glycémie (le taux sucre dans le sang) soit maintenue à un niveau constant qui est généralement estimé de 0,75 à 1,10 grammes de glucose par litre de sang.

C’est ici qu’intervient l’Insuline produite dans le pancréas qui a pour but de faire baisser la glycémie (le taux de sucre dans le sang) et le problème de sa régulation.

shutterstock_103671482 a

Quand on absorbe des aliments glucidiques (notamment tous les aliments sucrés) la glycémie augmente jusqu’à dépasser cette limite de 1,10 g/l (c’est l’hyperglycémie), cela entraine une production exagérée d’Insuline qui va très rapidement faire baisser la glycémie au-dessous du seuil de 0,75 g/l (c’est l’hypoglycémie) avec sensation de fatigue, somnolence et faim.

Cette faim, souvent sous forme de fringale, va inciter à manger pour « se remonter » et par la même occasion  remonter la glycémie au-delà de la limite supérieure de 1,10 g/l; d’où production exagérée d’Insuline et on recommence !

L’organisme passe de l’hyperglycémie à l’hypoglycémie (et inversement) et ne reste que peu de temps dans la zone du JUste Milieu (entre 0,75 et 1,10 g/l), dite zone normo-glycémique.

shutterstock_146905232 a

C’est ainsi que, chez certaines personnes prédisposées, on va arriver à épuiser les capacités de production de l’Insuline qui, insuffisante, ne pourra plus faire baisser le sucre dans le sang ! Ces personnes vont devenir pré-diabétique et, si rien n’est fait, devenir carrément diabétique.

C’est pour cela que, suivant les études de scientifiques américains, nous proposons une méthode pour rester toujours normo-glycémique, disposer de la quantité de sucre idéale pour notre corps et notre cerveau !

La méthode pour rester normo-glycémique consiste :

  •  d’une part à échelonner les apports tout au long de la journée en ne laissant jamais passer plus de 4 heures (6 heures au grand maximum) sans manger.
  • d’autre part à s’assurer que chaque repas est équilibré en GPL pour éviter les variations extrêmes de la glycémie et les « pics » d’insuline qu’elle entraine.

La nuit le métabolisme change et, sauf cas particuliers, on ne fait pas d’hypoglycémie.

Le principe est de considérer l’apport calorique dont le corps a besoin pour assurer toutes ses fonctions selon la dépense énergétique prévue (voir le tableau de facteur d’activité physique).

shutterstock_133872140 a

Cet apport alimentaire doit aussi assurer « la reconstruction du corps » avec un apport protéique (viandes pour faire simple) suffisant et une bonne qualité des membranes des cellules qui doivent être « bien huilées » et donc avoir un apport lipidique (graisses pour faire simple également) suffisant.

L’expérience et les expérimentations diverses ont montré que le rapport idéal pour les GPL est de 4/3/3 : 40 % de l’apport calorique doit venir des Glucides, 30 % des Protides et 30 % des Lipides.

Comme cet apport doit être fractionné tout au long de la journée de façon à rester toujours normo-glycémique de façon pratique il a été adopté une solution qui correspond à la grande majorité des gens : la quantité globale des GPL est divisée en 11 portions.

Ainsi on peut faire :

3 repas avec chacun : 3 portions de Glucides, 3 portions de Protides et 3 portions de Lipides

2 collations avec chacune : 1 portion de Glucides, 1 portion de Protides et 1 portion de Lipides

Cela donne des horaires classiques : repas du petit déjeuner vers 7 heures, repas de Midi vers 12 heures, collation vers 16 – 17 heures, dîner vers 19 heures et encore une collation une heure avant d’aller au lit.

shutterstock_144888637 a

Bien entendu chacun devra adapter ce fractionnement en fonction de ses habitudes ou contraintes horaires en respectant les règles suivantes :

1/ Ne pas laisser passer 4 heures (6 heures au maximum) pendant une journée sans manger ne serait-ce qu’une collation.

2/ Fractionner les GPL totaux en 11 portions et ne pas manger plus de 4 portions de GPL dans un même repas.

3/ Il est impératif que les repas et les collations comprennent le même nombre de portions de Glucides, Protides et Lipides (GPL) pour maintenir la stabilité du taux de sucre dans le sang (glycémie).

Ces opérations vous seront facilitées par l’utilisation de notre module où vous n’aurez qu’à entrer les mensurations demandées et le facteur d’activité que vous prévoyez pour la journée. Nous calculerons en ligne votre coefficient ARJUM mais aussi celui de tous vos convives de la journée si vous souhaitez.

Ainsi vous pourrez alors:

 

–          Choisir dans les centaines d’aliments préconisés du point de vue de la rectification alimentaire qui vous donneront ainsi des idées pour les achats et la cuisine ou bien confectionner un de « menus gastronomiques » que nous vous proposons.

–          Ou choisir l’une des centaines de recettes que nous aurons adaptées à votre cas spécifique.

shutterstock_69168841 a

Vous pourrez ainsi Bien Manger et Très Bien Vivre sans oublier les vertus du raisin, noir surtout, dont le jus apportera des vitamines, minéraux, oligo-éléments et anti-oxydants importants et plus encore, si rien ne s’y oppose, le vin (avec modération, sauf les jours de fête pour ceux qui ne doivent pas conduire) qui est du jus de raisin fermenté et nous verrons ailleurs les avantages extraordinaires des aliments fermentés !

shutterstock_149292716 a

B/ LA LONGÉVITÉ ET LA FAIM

Depuis toujours l’expérience a montré que généralement les « maigres » vivaient plus longtemps que les « gros » !

Pour le démontrer des scientifiques de tous pays ont fait des expérimentations sur des animaux et ce sont aperçus que les animaux qui étaient soumis à une « restriction calorique » (avec un apport diminué de 30 % à 40 % environ) gagnaient 15 à 20 % de temps de vie en Bonne Santé par rapport aux animaux qui étaient « normalement » nourris.

Des études statistiques sur des populations humaines comparables ont donné le même résultat.

Dans l’ARJUM© c’est ce que nous proposons : par exemple pour un homme moyen de 1,80 m (pour les hommes la taille n’a pas besoin d’être intégrée à l’abaque automatique), 75 kg, tour du ventre au niveau du nombril (périmètre abdominal) 100 cm et tour de poignet 17 cm avec un facteur d’activité de 0,7 à 0,8 nous trouvons que son besoin calorique théorique est de 2.200 Calories par jour.

Toute notre méthode est conçue pour lui en apporter environ 30 % de moins soit autour de 1.500 Calories par jour !

Comment peut-il ne pas avoir FAIM ?

C’est là encore une astuce du JUste Milieu : il faut d’abord préciser que la sensation de ne pas avoir faim est différente de la sensation d’avoir trop mangé, d’être rassasié, d’en avoir jusqu’à la gorge si nous pouvons nous permettre l’expression !

La sensation de faim est plutôt liée, comme nous l’avons vu, à l’hypoglycémie or l’ARJUM© vous propose justement de ne jamais être en hypoglycémie et c’est pour cela qu’il convient de manger toutes les 4 heures.

shutterstock_47719402 a

Dans la pratique vous allez vous apercevoir qu’effectivement 4 à 6 heures après un repas composé de 3 portions de Glucides, 3 portions de Protides et 3 portions de Lipides (3 portions de GPL) vous commencez à sentir une petite sensation de faim, vous êtes moins concentré(e), vous avez moins de tonus : alors un repas !ou une collation et vous revoilà dans le JUste Milieu !

Ainsi vous allez pratiquer une restriction calorique en n’ayant jamais faim, ce qui est loin d’être le cas de la plupart des régimes restrictifs, et en étant toujours au mieux de vos performances physiques et intellectuelles

ATTENTION : Il faut savoir que toutes les données fournies par les organismes officiels sur les quantités de GPL et de calories sont différentes d’un pays à l’autre car la teneur des aliments en GPL varie selon, les saisons, les lieux de production, les espèces, …

De plus les méthodes de mesures sont diverses et ne font pas consensus ; nous avons fait une synthèse ( voir la table des ingrédients classés suivant vos préférences par ordre alphabétique, par rayons de vente, par Glucides-Protides-Lipides générés) de nombreuses données en nous appuyant notamment sur les tables CIQUAL de l’ANSES (agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) qui nous ont paru être les tables les mieux documentées.

En conséquence vous devez respecter des lignes directrices :

a/ les aliments autorisés,

b/ la proportion des GPL,

c/ le fractionnement des repas

Mais vous devrez adapter les quantités proposées par l’ARJUM à vos conditions particulières qui dépendent grandement de votre capital génétique.

Après un mois de l’ARJUM® vous adapterez votre alimentation en mangeant un peu plus ou un peu moins selon les cas.

Au début, le critère le plus simple pour savoir si les quantités que vous mangez vous conviennent c’est de constater :
– que vous maigrissez si vous êtes en surpoids ou obèse (sinon il vous faudra baisser les quantités car vous êtes encore en excès calorique)

– que vous prenez du poids si vous êtes trop maigre (sinon il vous faudra augmenter les quantités car vous êtes en insuffisance calorique).

shutterstock_81470557 a

Après un mois de l’ARJUM vous vous rendrez déjà compte des résultats de vos nouvelles habitudes de vie ; vous serez plus performant dans ce que vous faites, moins fatigué et en meilleure forme générale.

Bien Manger Très Bien Vivre c’est cela !

Premier remède – Généralités

Tags:

Que l’aliment soit ton premier remède : c’est le principe du JUste Milieu !
Pour rester dans ce JUste Milieu il faut :

A/ Garder un bon équilibre alimentaire tout au long de la journée pour éviter les maladies

Cet équilibre dépend surtout de la production de l’insuline qui est une hormone secrétée par le pancréas afin de réguler la quantité de sucre dans le sang (= glycémie).

shutterstock_118444975 petit

Cet équilibre est maintenu en consommant les GPL (Glucides, Protides et Lipides) selon le schéma suivant (Voir TABLES) :

Répartition des repas et collations durant une journée

Répartition repas et collations dans une journée

Cela permet à la glycémie de se maintenir dans les limites normales pour rester en bonne santé et éviter les maladies de surcharge dont notamment le diabète de type II, l’obésité et les maladies cardio-vasculaires.
Cela permet aussi de favoriser la production des « bonnes éicosanoïdes » et de freiner celles des « mauvaises éicosanoïdes ».

B/ Avoir un apport suffisant en Oméga 3, l’exemple d’Okinawa :

C’est l’île japonaise qui compte le plus grand nombre de centenaires par rapport à sa population ; les observations des scientifiques ont permis de conclure que leur secret résidait dans le fait que :

Ils pratiquaient une activité physique modérée et différentes formes de méditation,

Ils pratiquaient spontanément la restriction alimentaire,

Ils mangeaient du poisson cru et des légumes particuliers qui leur apportaient une quantité importante d’Oméga 3, notamment d’EPA.

Ce dernier point permet en particulier de favoriser la production des « bonnes éicosanoïdes » et de freiner celles des « mauvaises éicosanoïdes ».

shutterstock_140383843 petit

Pour absorber une quantité suffisante d’Oméga 3  il nous faudrait manger du poisson cru à tous les repas ! Cette prise quotidienne nous permettrait d’éviter des carences en Acides Gras Essentiels qui sont protecteurs contre les maladies dégénératives et ralentissent le vieillissement des cellules.

Ce n’est pas possible en pratique et, de plus, la plupart des poissons que nous mangeons sont pollués par les métaux lourds et les pesticides ; la méthode qui a été suggérée par des médecins spécialisés est la prise d’un complément d’Oméga 3 sous la forme d’huile de poisson ultra concentrée et soumise à la distillation moléculaire.

La distillation moléculaire de l’huile de poisson permet d’enlever les métaux lourds et les pesticides en concentrant les Oméga 3.

C’est pour cela que l’équipe BMTBV® vous propose ‘EICOS Liquid®’  une huile de poisson ultra concentrée (50 % d’EPA et 20 % de DHA) agréablement parfumée à la mandarine rouge et au romarin à consommer de préférence après le repas du soir à raison d’une cuillérée à café pour le maintien en bonne santé et de deux cuillérées à café en cas de problèmes chroniques de santé.

C/ Avoir accès à un complément alimentaire équilibré :

En variant notre alimentation comme nous le recommandons nous devrions, en théorie, ne manquer d’aucun minéral et d’aucune vitamine …

Malheureusement du fait des changements de mode agricole (sélection des espèces et emplois d’engrais chimiques) la densité nutritionnelle des aliments a changé : l’exemple extrême étant celui de la fraise dont la densité nutritionnelle (teneur en vitamines, minéraux et oligo-éléments) était de 1 dans les années 60’s on s’aperçoit qu’elle est passée à 0,02, soit cinquante fois moins un demi-siècle plus tard !!! (Voir article Futura et Agnès Rousseau)

shutterstock_66018565 petit

Les travaux du Dr Ray Strand ont bien montré le déficit chronique qui porte surtout sur le groupe des vitamines B (dont la carence entraine de nombreuses maladies dégénératives) et certains minéraux, c’est pourquoi nous proposons dans le cadre de l’ARJUM (Alimentation Rectifiée du JUste Milieu) un ‘Complexe ÉQUILIBRE’ de Vitamines et Minéraux, ces derniers étant présentés sous forme de pidolates pour une assimilation optimale (nous vous conseillons de 2 à 6 gélules par jour, durant les repas, en fonction de la qualité de vos apports alimentaires).

2 – L’exemple d’Okinawa

Tags:

A/ Les principes fondamentaux pour très bien vivre

Mythe ou réalité ? Il y a beaucoup à dire sur l’Île d’Okinawa, la plus au Sud du Japon à la limite entre l’Océan pacifique et la Mer de Chine, à 1500 km de Tokyo.

Mythe ou réalité ? Il y a beaucoup à dire sur l’Île d’Okinawa, la plus au Sud du Japon à la limite entre l’Océan pacifique et la Mer de Chine, à 1500 km de Tokyo.

On doit au Dr Michel de Lorgeril et à Patricia Salen un rapport très intéressant sur les données nutritionnelles de cette île, qui serait l’endroit du monde où la population regrouperait la proportion la plus importante de centenaires en bonne santé.

Leur secret, nous l’avons, vu réside en l’application de trois pratiques fondamentales.

L’exercice physique modéré et la méditation

La restriction alimentaire

La consommation abondante d’Oméga 3

Ce sont ces trois principes qui sous-tendent aussi l’ARJUM® (Alimentation Rectifiée du JUste Milieu) et nous allons voir que ce sont les éicosanoïdes qui peuvent vraiment expliquer le bénéfice de ces pratiques.

B/ Les éicosanoïdes

a/ Présentation succincte :

Les éicosanoïdes sont peu connues du public et même de la plupart des médecins bien qu’elles aient valu le Prix Nobel de Médecine à trois équipes indépendantes de chercheurs en 1982.

Les éicosanoïdes sont une classe d’hormones autocrines dont les noms commencent à se populariser, telles les prostaglandines et les leucotriènes par exemple.

Il existe des “bonnes éicosanoïdes” et des “mauvaises éicosanoïdes”:

  • *Les “bonnes éicosanoïdes” freinent l’agrégation plaquettaire et ont une action vasodilatatrice ; les “mauvaises éicosanoïdes” par contre accélèrent l’agrégation plaquettaire et ont une action vasoconstrictrice.

Pour le coeur et le cerveau les “bonnes éicosanoïdes” seront favorables : cela évitera la formation de caillots et donc de faire des infarctus et des AVC (Accidents Vasculaires Cérébraux) ! …

Mais imaginez que vous vous coupiez juste un peu le bout du doigt : s’il n’y a pas d’agrégation plaquettaire il n’y aura pas formation de caillot et, à partir d’une simple petite coupure, vous vous saignerez jusqu’à ne plus avoir de sang !

  • *Les “bonnes éicosanoïdes” ralentissent la multiplication cellulaire, augmentent les défenses immunitaires et ralentissent l’inflammation ; les “mauvaises éicosanoïdes” accélèrent la multiplication cellulaire, accélèrent l’inflammation et abaissent les défenses immunitaires.

En cas de cancer les “bonnes éicosanoïdes” seront favorables car on cherche à arrêter la multiplication des cellules de la tumeur cancéreuse, à diminuer l’inflammation et à remonter les défenses immunitaires qui aident à combattre le cancer.

Mais imaginez toujours votre doigt coupé : l’absence de multiplication cellulaire empêchera à jamais votre plaie de se refermer et l’absence d’inflammation empêchera la lutte contre les microbes qui vont vouloir pénétrer par la plaie !

  • *Enfin les “bonnes éicosanoïdes” vont diminuer la douleur et les “mauvaises éicosanoïdes” vont augmenter la douleur.

Personne ne souhaite avoir mal … mais si la douleur n’existait pas on pourrait s’appuyer sans s’en apercevoir sur une plaque chauffée à blanc et quand on enlèverait la main, elle serait brûlée et inutilisable.

Vous comprenez maintenant pourquoi nous avons utilisé des guillemets pour parler des “bonnes éicosanoïdes” et des “mauvaises éicosanoïdes”: nous avons besoin des deux types d’éicosanoïdes ; c’est l’équilibre entre les bonnes et les mauvaises qui va nous permettre de rester en vie et dans la meilleure Santé possible !

Cela répond au concept chinois du Yin et du Yang qui sont deux concepts OPPOSÉS et COMPLÉMENTAIRES !

b/ Comment bien équilibrer ses éicosanoïdes :

Sans trop schématiser on peut dire que les Américains sont la population qui comprend proportionnellement le plus d’obèses et de diabétiques ; à l’inverse, comme nous venons de le voir, la population d’Okinawa semble jouir de la meilleure santé possible.

Si nous nous intéressons aux Inuits avant les méfaits apportés par la « civilisation » (« l’acivilisation ») – alcool et maladies infectieuses transmissibles – il semble que ceux-ci ne connaissaient pas les maladies métaboliques ni les infarctus !

L’explication de ces phénomènes nous est donné par le rapport AA / EPA de ces populations qui est :

  • Supérieur à 20 chez les américains
  • Inférieur à 5 à Okinawa
  • Égal à 1 chez les Inuits

On voit que :

  • Plus ce rapport augmente plus il est favorable aux « maladies de civilisation »
  • Entre 5 et 2 il est favorable au maintien en Bonne Santé

Pourquoi cela ?

Rappelons-nous que c’est l’équilibre entre les « bonnes » et les « mauvaises » éicosanoïdes qui va décider de notre santé et que la vie actuelle dans notre société favorise, hélas, les « mauvaises éicosanoïdes » :

  • Par l’alimentation (Nourriture trop abondante, excès de sucres, excès d’Oméga 6 manque d’Oméga 3)
  • Par le manque d’exercice physique (ou parfois l’excès)
  • Par le stress et le manque de repos (de qualité)

Très rapidement signalons ici que :

  • L’EPA (Acide Éicosanopentaénoïque) est un 0méga 3 qui favorise la production des « bonnes éicosanoïdes »
  • L’AA (Acide Arachidonique) est un Oméga 6 qui favorise la production des « mauvaises éicosanoïdes »

Pour obtenir les quantités nécessaires d’EPA pour avoir une quantité suffisante de « bonnes éicosanoïdes » il nous faudrait tous les jours manger tout cru des poissons gras aux trois repas. Cette prise quotidienne nous permettrait d’éviter des carences en Acides Gras Essentiels qui sont protecteurs contre les maladies dégénératives et ralentissent le vieillissement des cellules. Mais, dans la pratique ce n’est évidemment pas envisageable, c’est pourquoi BMTBV® a préparé pour vous « EICOS liquid® » qui est une huile de poisson ultra concentrée et perfectionnée par distillation moléculaire.

Huile de poisson ultra concentrée en Omega 3 :

Huile de poisson ultra concentrée en Omega 3 :

L’avantage c’est que :

  • Pour des personnes en Bonne Santé une cuillérée à café (5 ml) par jour suffit à amener la dose d’EPA (et de DHA) suffisante pour rester en Bonne Santé
  • Pour les personnes n’ayant pas une très bonne santé deux cuillérées à café (10 ml) par jour les aideront à se « remonter »
  • Quant aux personnes qui souffrent de maladies graves elles auraient tout intérêt à consulter leur médecin afin d’analyser les Acides Gras des Phospholipides Érythrocytaires afin qu’il leur conseille, au vu des résultats, la dose d’EPA qui les aidera, concomitamment à leur traitement, à recouvrer la santé.

Parallèlement au fait d’augmenter ses apports en EPA il convient de diminuer les apports d’AA (Acide Arachidonique) ; à cette fin l’ARJUM® (l’Alimentation Rectifiée du JUste Milieu) va nous aider considérablement.

Il faut d’abord éviter d’en apporter par notre alimentation donc éviter de consommer des abats (qui en contiennent énormément), ne pas manger plus de deux fois par semaine de viande rouge qui en contient des quantités non négligeables et ne pas dépasser deux jaunes d’œuf par jour quand ceux-ci proviennent des élevages industriels.

Mais la majeure partie de l’AA (Acide Arachidonique) est fabriquée par notre corps à partir des Oméga 6 de l’alimentation, sous l’influence en particulier de l’Insuline et du cortisol (produit par le stress).

À l’inverse le Glucagon favorise la production d’EPA ; il faut donc bien respecter les principes de l’ARJUM® qui va empêcher la production excessive d’Insuline : ceci est important car l’effet activant de l’Insuline en excès dépasse l’effet inhibant de l’EPA.

Voici, rapidement brossée, l’explication des raisons qui font que l’ARJUM®  vous permet de rester en Bonne Santé.

Nous vous rappelons que tous les liens vous conduiront vers des explications plus approfondies de ce que nous exposons succinctement au début, explications qui seront augmentées au cours du temps par les apports nouveaux de la science la plus contemporaine.

Cependant pour être complet nous devons maintenant parler du principe du mouvement prôné par la Médecine Traditionnelle Chinoise.

shutterstock_148361645 petit