stress

Le Principe du Mouvement selon la Médecine Chinoise

Tags:
Le Mouvement dans la Médecine Traditionnelle Chinoise

A/ QUELQUES PROVERBES :

« Le mouvement c’est la Vie,
L’absence de mouvement c’est la Mort »
Pensez à votre Coeur et à vos Poumons !

« Il ne faut pas attendre d’avoir soif …
Pour creuser un puits »
N’attendez pas de tomber malade
Pour vous occuper de votre santé !

« Un voyage de Dix Mille Li
Commence par un pas »
« Ne crains pas d’avancer lentement
Redoute seulement de t’arrêter »
Il faut prendre la décision de changer son mode de vie, changer à son rythme mais toujours progresser.

« Pour tonifier, les médicaments ne valent pas l’alimentation,
Pour tonifier l’alimentation ne vaut pas le Qi »
C’est pour nous signifier que pour rester en Bonne Santé l’alimentation est supérieure aux médicaments mais l’alimentation ne vaut pas l’exercice physique modéré et la « méditation », la spiritualité.

Après cette incursion dans la pensée et la sagesse chinoise, revenons plus prés de nous avec Antoine Béchamp, un grand chercheur méconnu de la fin du XIXe siècle dont les travaux commencent à être repris par des chercheurs modernes :

« Avant de chercher à connaitre les conditions anormales qui font la maladie, il faut connaitre les conditions normales qui font la santé »

shutterstock_146545070 petit

C’est ce point de vue qui a conduit notre approche pour l’alimentation en nous référant au bon sens qui est corroboré par les recherches les plus récentes, peu connues du grand public et, hélas, encore mal connues des médecins.
Nous allons voir toujours en suivant ces principes de bon sens confortés par les acquis de la science la plus récente ce qu’il en est de l’exercice physique.

B/ LES EXERCICES PHYSIQUES :

Vive le principe du mouvement mesuré en lien avec l'ARJUM

Ils sont divisés en deux grandes catégories : aérobie et anaérobie.

Dans les deux cas il faut toujours respecter cette notion de juste milieu : si on pratique les exercices en excès on va déséquilibrer l’organisme.

Un exemple classique c’est celui du premier soldat grec qui a couru de Marathon à Athènes pour annoncer la victoire sur les Perses ; à l’arrivée il a dit : “On a gagné !” … et il est mort, ce qui explique que l’on voit parfois encore des marathoniens qui “crachent le sang”, au propre comme au figuré.

La médecine sportive et la physiologie expliquent très bien ces fatals phénomènes d’épuisement.

À l’inverse il ne faut pas ne pas bouger ; il n’est qu’à regarder ces quelques cas d’obésité extrême où ces pauvres malheureux sont obligés d’être déplacés par treuil : leur espérance de vie est des plus réduites.

Entre ces deux extrêmes, nous prônons un juste milieu : il faut faire régulièrement de l’exercice modéré aérobie et anaérobie.

 

a/ Les exercices physiques aérobies :

Ce sont ceux qui vont nous faire consommer d’avantage d’oxygène que lorsque nous nous livrons à des activités quotidiennes « sédentaires » : écrire, lire, faire quelques pas, conduire une voiture, etc… qui ne sont pas très éloignées du simple métabolisme de base.

BMTBV vous recommande une marche rapide ou un jogging doux

Les activités que nous conseillons sont à pratiquer d’une demie-heure à une heure par jour selon ses disponibilités :
En premier lieu nous conseillons la marche rapide (qui doit vous donner chaud), la natation (surtout les nages sur le dos) et le jogging (doux) à l’écart de la circulation automobile et de préférence dans les parcs, les près ou les bois, en terrain non plan.

Bien sûr tous les autres sports peuvent être pratiqués mais pas en compétition, pour soi, pour son plaisir, sans avoir rien à prouver.

Il faut bien évidemment être très prudent avec les sports violents ou dissymétriques.

b/ Les exercices physiques anaérobies :

Ce sont ceux que l’on fait souvent en utilisant la force et en bloquant son inspiration : Il vous faudra donc faire des « pompes » et des haltères !

Rassurez-vous seulement de dix à vingt minutes par jour selon vos disponibilités.

*Les pompes se feront au début (pour ceux qui ont perdu l’habitude) en se mettant face à un mur les pieds distants de 30 à 40 cm du mur et en appuyant les mains sur le mur, les bras écartés de la largeur des épaules. Petit à petit vous pourrez vous écarter davantage du mur, faire les pompes sur une table, puis sur une chaise et peut-être même par terre … au bout d’un certain temps.

BMTBV vous recommande une technique spéciale pour pratiquer les pompes à tout âge

*Les haltères ! Il vous faut récupérer deux bouteilles de 50 cl d’eau minérale (remplies d’eau tout de même) et, assis ou debout, une bouteille dans chaque main, vous faites des flexions – extensions dans différentes directions.

BMTBV vous recommande une technique douce pour les haltères

C/ MÉDITATION :

Comme nous l’avons vu le stress, par l’intermédiaire du cortisol, augmente la production d’AA (Acide Arachidonique) et donc les « mauvaises éicosanoïdes ».

Dans le monde moderne il y a beaucoup de situations de stress que l’on ne peut pas éviter ; l’exercice physique modéré apporte un certain calme mais ce n’est souvent pas suffisant et la méditation peut aider énormément.

Que vous croyiez au ciel ou que vous n'y croyiez pas, BMTBV vous recommande quelques temps de méditation...

Disons le clairement : l’acte de prier, quelle que soit la religion à laquelle on appartient, est la meilleure des méditations mais pour ceux, de plus en plus nombreux, qui ne pratiquent plus ou n’ont jamais pratiqué de religion, l’ARJUM va vous proposer trois méthodes traditionnelles chinoises qui peuvent être pratiquées par tout le monde :

*Le « Gun » (prononcer gou eun en une seule syllabe) et qui signifie « rouler » ; dès que possible nous essaierons de mettre en ligne une vidéo d’explication.

*Le « La Jin » (prononcer la djinn) et qui signifie « étirer les tendons (et ouvrir les Méridiens) » ; dès que possible nous essaierons de mettre en ligne une vidéo d’explication.

*Le « Pai da » (prononcer paï da) et qui signifie « taper ou tapoter » ; cette technique nous demandera de former des instructeurs pour la promouvoir et sera donc mise en place plus tardivement.

Le but de ces exercices, de ce travail sur le Qi (Souffle et énergie vitale) est de mettre votre mental au repos, de l’empêcher de penser à des choses stressantes ou inutiles, de chasser les pensées parasites comme le disent les chinois.

BMTBV vous recommande le principe du mouvement

Maintenant, vous avez tous les atouts en main pour Bien Manger Très Bien Vivre ; selon votre état de santé il suffit de vous y mettre progressivement pour ne pas bouleverser votre mode de vie (si vous n’avez pas trop de problèmes) ou plus rapidement pour retrouver une Bonne Santé au plus tôt (si vous avez davantage de problèmes) !

Bien sûr il vous faut bien respecter les principes simples de l’ARJUM et ajuster la quantité des aliments et des exercices en fonction de vos progrès.

Il nous faut maintenant vous présenter la notion de Complément Alimentaire Équilibré.

2 – L’exemple d’Okinawa

Tags:

A/ Les principes fondamentaux pour très bien vivre

Mythe ou réalité ? Il y a beaucoup à dire sur l’Île d’Okinawa, la plus au Sud du Japon à la limite entre l’Océan pacifique et la Mer de Chine, à 1500 km de Tokyo.

Mythe ou réalité ? Il y a beaucoup à dire sur l’Île d’Okinawa, la plus au Sud du Japon à la limite entre l’Océan pacifique et la Mer de Chine, à 1500 km de Tokyo.

On doit au Dr Michel de Lorgeril et à Patricia Salen un rapport très intéressant sur les données nutritionnelles de cette île, qui serait l’endroit du monde où la population regrouperait la proportion la plus importante de centenaires en bonne santé.

Leur secret, nous l’avons, vu réside en l’application de trois pratiques fondamentales.

L’exercice physique modéré et la méditation

La restriction alimentaire

La consommation abondante d’Oméga 3

Ce sont ces trois principes qui sous-tendent aussi l’ARJUM® (Alimentation Rectifiée du JUste Milieu) et nous allons voir que ce sont les éicosanoïdes qui peuvent vraiment expliquer le bénéfice de ces pratiques.

B/ Les éicosanoïdes

a/ Présentation succincte :

Les éicosanoïdes sont peu connues du public et même de la plupart des médecins bien qu’elles aient valu le Prix Nobel de Médecine à trois équipes indépendantes de chercheurs en 1982.

Les éicosanoïdes sont une classe d’hormones autocrines dont les noms commencent à se populariser, telles les prostaglandines et les leucotriènes par exemple.

Il existe des “bonnes éicosanoïdes” et des “mauvaises éicosanoïdes”:

  • *Les “bonnes éicosanoïdes” freinent l’agrégation plaquettaire et ont une action vasodilatatrice ; les “mauvaises éicosanoïdes” par contre accélèrent l’agrégation plaquettaire et ont une action vasoconstrictrice.

Pour le coeur et le cerveau les “bonnes éicosanoïdes” seront favorables : cela évitera la formation de caillots et donc de faire des infarctus et des AVC (Accidents Vasculaires Cérébraux) ! …

Mais imaginez que vous vous coupiez juste un peu le bout du doigt : s’il n’y a pas d’agrégation plaquettaire il n’y aura pas formation de caillot et, à partir d’une simple petite coupure, vous vous saignerez jusqu’à ne plus avoir de sang !

  • *Les “bonnes éicosanoïdes” ralentissent la multiplication cellulaire, augmentent les défenses immunitaires et ralentissent l’inflammation ; les “mauvaises éicosanoïdes” accélèrent la multiplication cellulaire, accélèrent l’inflammation et abaissent les défenses immunitaires.

En cas de cancer les “bonnes éicosanoïdes” seront favorables car on cherche à arrêter la multiplication des cellules de la tumeur cancéreuse, à diminuer l’inflammation et à remonter les défenses immunitaires qui aident à combattre le cancer.

Mais imaginez toujours votre doigt coupé : l’absence de multiplication cellulaire empêchera à jamais votre plaie de se refermer et l’absence d’inflammation empêchera la lutte contre les microbes qui vont vouloir pénétrer par la plaie !

  • *Enfin les “bonnes éicosanoïdes” vont diminuer la douleur et les “mauvaises éicosanoïdes” vont augmenter la douleur.

Personne ne souhaite avoir mal … mais si la douleur n’existait pas on pourrait s’appuyer sans s’en apercevoir sur une plaque chauffée à blanc et quand on enlèverait la main, elle serait brûlée et inutilisable.

Vous comprenez maintenant pourquoi nous avons utilisé des guillemets pour parler des “bonnes éicosanoïdes” et des “mauvaises éicosanoïdes”: nous avons besoin des deux types d’éicosanoïdes ; c’est l’équilibre entre les bonnes et les mauvaises qui va nous permettre de rester en vie et dans la meilleure Santé possible !

Cela répond au concept chinois du Yin et du Yang qui sont deux concepts OPPOSÉS et COMPLÉMENTAIRES !

b/ Comment bien équilibrer ses éicosanoïdes :

Sans trop schématiser on peut dire que les Américains sont la population qui comprend proportionnellement le plus d’obèses et de diabétiques ; à l’inverse, comme nous venons de le voir, la population d’Okinawa semble jouir de la meilleure santé possible.

Si nous nous intéressons aux Inuits avant les méfaits apportés par la « civilisation » (« l’acivilisation ») – alcool et maladies infectieuses transmissibles – il semble que ceux-ci ne connaissaient pas les maladies métaboliques ni les infarctus !

L’explication de ces phénomènes nous est donné par le rapport AA / EPA de ces populations qui est :

  • Supérieur à 20 chez les américains
  • Inférieur à 5 à Okinawa
  • Égal à 1 chez les Inuits

On voit que :

  • Plus ce rapport augmente plus il est favorable aux « maladies de civilisation »
  • Entre 5 et 2 il est favorable au maintien en Bonne Santé

Pourquoi cela ?

Rappelons-nous que c’est l’équilibre entre les « bonnes » et les « mauvaises » éicosanoïdes qui va décider de notre santé et que la vie actuelle dans notre société favorise, hélas, les « mauvaises éicosanoïdes » :

  • Par l’alimentation (Nourriture trop abondante, excès de sucres, excès d’Oméga 6 manque d’Oméga 3)
  • Par le manque d’exercice physique (ou parfois l’excès)
  • Par le stress et le manque de repos (de qualité)

Très rapidement signalons ici que :

  • L’EPA (Acide Éicosanopentaénoïque) est un 0méga 3 qui favorise la production des « bonnes éicosanoïdes »
  • L’AA (Acide Arachidonique) est un Oméga 6 qui favorise la production des « mauvaises éicosanoïdes »

Pour obtenir les quantités nécessaires d’EPA pour avoir une quantité suffisante de « bonnes éicosanoïdes » il nous faudrait tous les jours manger tout cru des poissons gras aux trois repas. Cette prise quotidienne nous permettrait d’éviter des carences en Acides Gras Essentiels qui sont protecteurs contre les maladies dégénératives et ralentissent le vieillissement des cellules. Mais, dans la pratique ce n’est évidemment pas envisageable, c’est pourquoi BMTBV® a préparé pour vous « EICOS liquid® » qui est une huile de poisson ultra concentrée et perfectionnée par distillation moléculaire.

Huile de poisson ultra concentrée en Omega 3 :

Huile de poisson ultra concentrée en Omega 3 :

L’avantage c’est que :

  • Pour des personnes en Bonne Santé une cuillérée à café (5 ml) par jour suffit à amener la dose d’EPA (et de DHA) suffisante pour rester en Bonne Santé
  • Pour les personnes n’ayant pas une très bonne santé deux cuillérées à café (10 ml) par jour les aideront à se « remonter »
  • Quant aux personnes qui souffrent de maladies graves elles auraient tout intérêt à consulter leur médecin afin d’analyser les Acides Gras des Phospholipides Érythrocytaires afin qu’il leur conseille, au vu des résultats, la dose d’EPA qui les aidera, concomitamment à leur traitement, à recouvrer la santé.

Parallèlement au fait d’augmenter ses apports en EPA il convient de diminuer les apports d’AA (Acide Arachidonique) ; à cette fin l’ARJUM® (l’Alimentation Rectifiée du JUste Milieu) va nous aider considérablement.

Il faut d’abord éviter d’en apporter par notre alimentation donc éviter de consommer des abats (qui en contiennent énormément), ne pas manger plus de deux fois par semaine de viande rouge qui en contient des quantités non négligeables et ne pas dépasser deux jaunes d’œuf par jour quand ceux-ci proviennent des élevages industriels.

Mais la majeure partie de l’AA (Acide Arachidonique) est fabriquée par notre corps à partir des Oméga 6 de l’alimentation, sous l’influence en particulier de l’Insuline et du cortisol (produit par le stress).

À l’inverse le Glucagon favorise la production d’EPA ; il faut donc bien respecter les principes de l’ARJUM® qui va empêcher la production excessive d’Insuline : ceci est important car l’effet activant de l’Insuline en excès dépasse l’effet inhibant de l’EPA.

Voici, rapidement brossée, l’explication des raisons qui font que l’ARJUM®  vous permet de rester en Bonne Santé.

Nous vous rappelons que tous les liens vous conduiront vers des explications plus approfondies de ce que nous exposons succinctement au début, explications qui seront augmentées au cours du temps par les apports nouveaux de la science la plus contemporaine.

Cependant pour être complet nous devons maintenant parler du principe du mouvement prôné par la Médecine Traditionnelle Chinoise.

shutterstock_148361645 petit