table

Une première en France! Une toute nouvelle table d’étirement

Catégories: Tags:

Après de longs mois de recherches et de mise au point en liaison avec les plus grands praticiens en Chine, nous avons le plaisir, pour la première fois en France, de proposer une véritable TABLE D’ÉTIREMENT DES TENDONS ET MÉRIDIENS.

Celle-ci vous permettra, chez vous, de pratiquer à votre rythme les exercices qui, à l’origine, nécessitaient d’être aidé d’un assistant qualifié. Cette table permet aujourd’hui à quiconque de bénéficier des bienfaits de la mise en mouvement du QI (souffle et énergie vitale dans la tradition de la médecine et des arts martiaux chinois).

1 – Le LA JIN, l’Art de s’étirer

Tags:

VOIR LA TABLE DE LA JIN SELECTIONNEE PAR BMTBV®

Xiao Dao Zhang est le moine qui a mis au point une méthode d’étirement des tendons et méridiens à partir de pratiques ancestrales.

Un peu d’étymologie :

LA : L’étirement

JIN : Terminologie de médecine Traditionnelle Chinoise commune pour les tendons, ligaments, muscles (associée au concept de méridiens).

SUO JIN : Contraction dont la résultante peut être une atrophie ou une dégénérescence des fonctions des JIN, et qui est la principale cause du vieillissement et de la plupart des maladies.

LA JIN : Technique d’étirements afin de rétablir les JIN où le JIN SUO (atrophie des jin) a eu lieu pour rétablir la santé, auto guérir les maladies et prévenir le vieillissement.

Aujourd’hui, de nombreuses conférences sont données dans le monde entier sur le LA JIN et c’est le sujet de nombreux documentaires ou interviews pour les télévisions de toute la planète quant à la mission que se sont donnés les thérapeutes chinois spécialisés : fournir un traitement gratuit pour apporter la guérison aux endroits les plus reculés de Chine.

À plusieurs reprises, des effets miraculeux semblent, en effet, avoir été prouvés de cette méthode d’auto-guérison pour les hanches, les maux de dos, les maladies de la prostate, l’hypertension artérielle, les maladies cardiaques, le diabète et les problèmes gynécologiques pour ne citer que les plus courants.

Nous avons sélectionné pour vous l’une des tables de LA JIN les plus demandées en Chine… Voir ICI

A – Garder un bon équilibre alimentaire

Tags:
shutterstock_61017982 a

A/ LA GLYCÉMIE ET LES PROPORTIONS DE GPL (Glucides, Protides et Lipides)

De l’équilibre alimentaire dépend le bon fonctionnement de l’organisme : si on se maintient dans le JUste Milieu on reste forcément en Bonne Santé.

On évite toutes les maladies internes et on est moins touché par les événements extérieurs (maladies infectieuses, accidents, problèmes psychiques) car notre organisme renforce ses capacités de défenses (défenses immunitaires notamment).

Cet équilibre alimentaire dépend surtout des apports, de ce que nous donnons à manger à notre corps ; cela peut-être comparé au carburant nécessaire pour faire fonctionner correctement une automobile : il faut la quantité et la qualité.

shutterstock_154248752 a

Pour aller loin il faut un réservoir bien plein et mettre le carburant approprié : essence, diesel ou GPL !

Les GPL : pour notre corps il faut une quantité suffisante de GPL (Glucides, Protides, Lipides) en bonne proportion.
Toute plaisanterie mise à part, les GPL nous apportent l’énergie nécessaire pour que notre corps fonctionne, maintienne une température constante et permette au cerveau de fonctionner au mieux de ses capacités.

Le cerveau se nourrit de glucose et consomme 70 à 80 % du glucose utilisé par l’organisme ; s’il en manque des troubles de la conscience ne tardent pas à apparaître et la vie peut être mise en péril.

NOUS DEVONS DONC MAINTENIR UN NIVEAU SUFFISANT DE GLUCOSE DANS NOTRE SANG.

Pour cela le mieux est que la glycémie (le taux sucre dans le sang) soit maintenue à un niveau constant qui est généralement estimé de 0,75 à 1,10 grammes de glucose par litre de sang.

C’est ici qu’intervient l’Insuline produite dans le pancréas qui a pour but de faire baisser la glycémie (le taux de sucre dans le sang) et le problème de sa régulation.

shutterstock_103671482 a

Quand on absorbe des aliments glucidiques (notamment tous les aliments sucrés) la glycémie augmente jusqu’à dépasser cette limite de 1,10 g/l (c’est l’hyperglycémie), cela entraine une production exagérée d’Insuline qui va très rapidement faire baisser la glycémie au-dessous du seuil de 0,75 g/l (c’est l’hypoglycémie) avec sensation de fatigue, somnolence et faim.

Cette faim, souvent sous forme de fringale, va inciter à manger pour « se remonter » et par la même occasion  remonter la glycémie au-delà de la limite supérieure de 1,10 g/l; d’où production exagérée d’Insuline et on recommence !

L’organisme passe de l’hyperglycémie à l’hypoglycémie (et inversement) et ne reste que peu de temps dans la zone du JUste Milieu (entre 0,75 et 1,10 g/l), dite zone normo-glycémique.

shutterstock_146905232 a

C’est ainsi que, chez certaines personnes prédisposées, on va arriver à épuiser les capacités de production de l’Insuline qui, insuffisante, ne pourra plus faire baisser le sucre dans le sang ! Ces personnes vont devenir pré-diabétique et, si rien n’est fait, devenir carrément diabétique.

C’est pour cela que, suivant les études de scientifiques américains, nous proposons une méthode pour rester toujours normo-glycémique, disposer de la quantité de sucre idéale pour notre corps et notre cerveau !

La méthode pour rester normo-glycémique consiste :

  •  d’une part à échelonner les apports tout au long de la journée en ne laissant jamais passer plus de 4 heures (6 heures au grand maximum) sans manger.
  • d’autre part à s’assurer que chaque repas est équilibré en GPL pour éviter les variations extrêmes de la glycémie et les « pics » d’insuline qu’elle entraine.

La nuit le métabolisme change et, sauf cas particuliers, on ne fait pas d’hypoglycémie.

Le principe est de considérer l’apport calorique dont le corps a besoin pour assurer toutes ses fonctions selon la dépense énergétique prévue (voir le tableau de facteur d’activité physique).

shutterstock_133872140 a

Cet apport alimentaire doit aussi assurer « la reconstruction du corps » avec un apport protéique (viandes pour faire simple) suffisant et une bonne qualité des membranes des cellules qui doivent être « bien huilées » et donc avoir un apport lipidique (graisses pour faire simple également) suffisant.

L’expérience et les expérimentations diverses ont montré que le rapport idéal pour les GPL est de 4/3/3 : 40 % de l’apport calorique doit venir des Glucides, 30 % des Protides et 30 % des Lipides.

Comme cet apport doit être fractionné tout au long de la journée de façon à rester toujours normo-glycémique de façon pratique il a été adopté une solution qui correspond à la grande majorité des gens : la quantité globale des GPL est divisée en 11 portions.

Ainsi on peut faire :

3 repas avec chacun : 3 portions de Glucides, 3 portions de Protides et 3 portions de Lipides

2 collations avec chacune : 1 portion de Glucides, 1 portion de Protides et 1 portion de Lipides

Cela donne des horaires classiques : repas du petit déjeuner vers 7 heures, repas de Midi vers 12 heures, collation vers 16 – 17 heures, dîner vers 19 heures et encore une collation une heure avant d’aller au lit.

shutterstock_144888637 a

Bien entendu chacun devra adapter ce fractionnement en fonction de ses habitudes ou contraintes horaires en respectant les règles suivantes :

1/ Ne pas laisser passer 4 heures (6 heures au maximum) pendant une journée sans manger ne serait-ce qu’une collation.

2/ Fractionner les GPL totaux en 11 portions et ne pas manger plus de 4 portions de GPL dans un même repas.

3/ Il est impératif que les repas et les collations comprennent le même nombre de portions de Glucides, Protides et Lipides (GPL) pour maintenir la stabilité du taux de sucre dans le sang (glycémie).

Ces opérations vous seront facilitées par l’utilisation de notre module où vous n’aurez qu’à entrer les mensurations demandées et le facteur d’activité que vous prévoyez pour la journée. Nous calculerons en ligne votre coefficient ARJUM mais aussi celui de tous vos convives de la journée si vous souhaitez.

Ainsi vous pourrez alors:

 

–          Choisir dans les centaines d’aliments préconisés du point de vue de la rectification alimentaire qui vous donneront ainsi des idées pour les achats et la cuisine ou bien confectionner un de « menus gastronomiques » que nous vous proposons.

–          Ou choisir l’une des centaines de recettes que nous aurons adaptées à votre cas spécifique.

shutterstock_69168841 a

Vous pourrez ainsi Bien Manger et Très Bien Vivre sans oublier les vertus du raisin, noir surtout, dont le jus apportera des vitamines, minéraux, oligo-éléments et anti-oxydants importants et plus encore, si rien ne s’y oppose, le vin (avec modération, sauf les jours de fête pour ceux qui ne doivent pas conduire) qui est du jus de raisin fermenté et nous verrons ailleurs les avantages extraordinaires des aliments fermentés !

shutterstock_149292716 a

B/ LA LONGÉVITÉ ET LA FAIM

Depuis toujours l’expérience a montré que généralement les « maigres » vivaient plus longtemps que les « gros » !

Pour le démontrer des scientifiques de tous pays ont fait des expérimentations sur des animaux et ce sont aperçus que les animaux qui étaient soumis à une « restriction calorique » (avec un apport diminué de 30 % à 40 % environ) gagnaient 15 à 20 % de temps de vie en Bonne Santé par rapport aux animaux qui étaient « normalement » nourris.

Des études statistiques sur des populations humaines comparables ont donné le même résultat.

Dans l’ARJUM© c’est ce que nous proposons : par exemple pour un homme moyen de 1,80 m (pour les hommes la taille n’a pas besoin d’être intégrée à l’abaque automatique), 75 kg, tour du ventre au niveau du nombril (périmètre abdominal) 100 cm et tour de poignet 17 cm avec un facteur d’activité de 0,7 à 0,8 nous trouvons que son besoin calorique théorique est de 2.200 Calories par jour.

Toute notre méthode est conçue pour lui en apporter environ 30 % de moins soit autour de 1.500 Calories par jour !

Comment peut-il ne pas avoir FAIM ?

C’est là encore une astuce du JUste Milieu : il faut d’abord préciser que la sensation de ne pas avoir faim est différente de la sensation d’avoir trop mangé, d’être rassasié, d’en avoir jusqu’à la gorge si nous pouvons nous permettre l’expression !

La sensation de faim est plutôt liée, comme nous l’avons vu, à l’hypoglycémie or l’ARJUM© vous propose justement de ne jamais être en hypoglycémie et c’est pour cela qu’il convient de manger toutes les 4 heures.

shutterstock_47719402 a

Dans la pratique vous allez vous apercevoir qu’effectivement 4 à 6 heures après un repas composé de 3 portions de Glucides, 3 portions de Protides et 3 portions de Lipides (3 portions de GPL) vous commencez à sentir une petite sensation de faim, vous êtes moins concentré(e), vous avez moins de tonus : alors un repas !ou une collation et vous revoilà dans le JUste Milieu !

Ainsi vous allez pratiquer une restriction calorique en n’ayant jamais faim, ce qui est loin d’être le cas de la plupart des régimes restrictifs, et en étant toujours au mieux de vos performances physiques et intellectuelles

ATTENTION : Il faut savoir que toutes les données fournies par les organismes officiels sur les quantités de GPL et de calories sont différentes d’un pays à l’autre car la teneur des aliments en GPL varie selon, les saisons, les lieux de production, les espèces, …

De plus les méthodes de mesures sont diverses et ne font pas consensus ; nous avons fait une synthèse ( voir la table des ingrédients classés suivant vos préférences par ordre alphabétique, par rayons de vente, par Glucides-Protides-Lipides générés) de nombreuses données en nous appuyant notamment sur les tables CIQUAL de l’ANSES (agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) qui nous ont paru être les tables les mieux documentées.

En conséquence vous devez respecter des lignes directrices :

a/ les aliments autorisés,

b/ la proportion des GPL,

c/ le fractionnement des repas

Mais vous devrez adapter les quantités proposées par l’ARJUM à vos conditions particulières qui dépendent grandement de votre capital génétique.

Après un mois de l’ARJUM® vous adapterez votre alimentation en mangeant un peu plus ou un peu moins selon les cas.

Au début, le critère le plus simple pour savoir si les quantités que vous mangez vous conviennent c’est de constater :
– que vous maigrissez si vous êtes en surpoids ou obèse (sinon il vous faudra baisser les quantités car vous êtes encore en excès calorique)

– que vous prenez du poids si vous êtes trop maigre (sinon il vous faudra augmenter les quantités car vous êtes en insuffisance calorique).

shutterstock_81470557 a

Après un mois de l’ARJUM vous vous rendrez déjà compte des résultats de vos nouvelles habitudes de vie ; vous serez plus performant dans ce que vous faites, moins fatigué et en meilleure forme générale.

Bien Manger Très Bien Vivre c’est cela !